Tel : 02 99 40 89 18 - Mob : 06 75 12 52 88

000

 

A propos de la divination, du don de Voyance

La Divination fut longtemps considérée comme un Art majeur, et le Devin comme l'interlocuteur du Divin.

Aujourd’hui, chacun peut se proclamer devin, voyant, médium, astrologue, tarologue, numérologue ou autre, s’attribuer des médailles, tapisser son bureau de photos de célébrités censées être ses clients, et exploiter honteusement votre fragilité et votre solvabilité ! Fuyez « le médium des stars », la « voyante du président », « l’astrologue des ministres » et autres charlatans bouffis de suffisance qui, par leur publicité tapageuse, mentent ou trahissent le secret professionnel dont tout consultant a besoin.

La consultation doit demeurer une pause secrète dans l’étourdissant manège du quotidien, un dialogue sacré avec votre petite parcelle d'éternité, qu'on la nomme "âme", "subconscient", "ange gardien" ou autre. Pour cela, vous avez besoin d’un médium, sorte de médiateur entre vous et ce qui vous échappe. Choisissez-le avec soin. Parcourez les pages des guides de voyance ; lisez les avis laissés sur les sites. Aucun voyant ne voit bien à plein temps ni pour tout le monde. Pour cette raison, je n’accepte qu’une ou deux consultations par jour, et vous annonce qu’il m’arrive de ne rien voir. Afin de vérifier mes capacités, je vous demande d’abord de ne rien me dire et de procéder à un tirage-test de huit cartes. Pendant quelques minutes, je parle de vous, de votre passé ; si vous ne vous reconnaissez pas dans ce rapide portrait, vous repartez sans rien devoir. Si, au contraire, vous êtes convaincu, je peux alors travailler sereinement, éclairer votre trajectoire autrement, relier ce que vous savez du passé à ce que je perçois de l’avenir, vous y préparer et ainsi vous aider à redevenir l’auteur de votre histoire.

Colette Ollivier-Chantrel

Parutions

Guide des meilleurs astrologues et voyants
Dr. Christine Rappaz-Lasserre et Sandra Gaudin.
Editions FAVRE.
Avec 150 adresses testées ou recommandées en France, Suisse et Belgique.

 

« Durant une période délicate de son existence, Colette Ollivier consulta une voyante. Celle-ci, l’ayant rapidement reconnue comme l'une des siennes, la sollicita alors pour travailler sur des enquêtes policières. Ce n'est un secret pour personne que la Police fait souvent appel à des voyants dans les cas de personnes disparues. En 1991, séduite par l’éthique rigoureuse évoquée dans le livre "Pour en finir avec Mme Irma", Colette contacta Maud Kristen et Chantal Hurteau-Mignon qui, après l'avoir longuement testée et interrogée, l'accueillirent dans le cadre de leur association "Delta Blanc" ( créée en 1987 afin de combler le manque de réglementation qui plonge parfois cette profession dans la dérive.). Après un approfondissement de ses connaissances grâce à la psychanalyse, Colette commença ses consultations parallèlement à sa carrière épatante d’illustratrice et de peintre. »

« A partir de la photo que je lui ai envoyée, Colette commence par peindre mon portrait. J'utilise à dessein un vocabulaire pictural, car cette voyante met de la couleur, des formes et de l'originalité lors de ses révélations. Sa grande aisance dans l'expression de la langue française constitue une des richesses de la consultation. Elle détecte avec profondeur mon fonctionnement et m'offre des pistes d'évolution fort intéressantes. Colette décèle immédiatement mes activités artistiques, ainsi que les différentes esquisses de mon tableau de vie (passé, présent, futur) décrites avec beaucoup d'aisance. Son objectif consiste à remplacer l'ombre par la lumière pour réconcilier le consultant avec lui-même. Colette dessine un scénario très perspicace du livre que nous écrivons en disant qu'il allie la bienveillance à l'exigence. Pas de trompe-l’œil pour cette voyante discrète qui travaille en artisane avec authenticité et passion. »

 Sandra Gaudin, journaliste rédactrice

Le guide de la voyance
Anne Placier
Editions Philippe Lebaud
 
« Lorsqu’elle part en voyance, Colette Ollivier perçoit des sons, des odeurs, des couleurs. Cela donne une sorte de raffinement et de poésie à sa consultation. (…) Elle a ses fidèles. »
Anne Placier